Le grand savant cheikh oubayd Al jâbirî -qu’Allah le préserve- a dit :

Nous avons étudié cette question et nous avons suivi le premier avis pendant d’innombrables années. Cependant, il nous est apparu que la question comporte des détails, le hadith de la carte montre que l’avis juste est la perversité de celui qui délaisse la prière par négligence, par paresse, tout en reconnaissant son caractère obligatoire.

D’après Abdillah Ibn amr -qu’Allah l’agrée- le prophète ﷺ a dit : « Allah fera comparaître un homme de ma communauté devant les créatures le jour du jugement dernier. Il lui sera alors montré 99 registres, chacun des registres aura une longueur qui s’arrêtera où la vue s’arrête. Allah lui dira: « renie tu cela ? » Il dira : « non, ô seigneur », Allah lui dira : « mes scribes consciencieux ont-ils été injustes dans le contenu des registres ? » Il dira: « non, ô seigneur », Allah dira : « as-tu une excuse ? » Il dira : « non, ô seigneur », Allah dira : « as-tu une bonne action ? » Et dans certaines versions il aura peur et dira : « non », Allah dira : « si ! tu as auprès de nous une bonne œuvre ». On dira : « apporte ta balance », on lui présentera alors une carte sur laquelle il sera inscrit : « j’atteste qu’il n’y a aucune divinité digne d’adoration en dehors d’Allah et que Muhammad est son serviteur et messager ». IL dira alors : « ô seigneur ! Quel poids peut avoir cette carte avec tous ces registres (de péchés) ? »
Il lui sera dit : « il ne te sera pas fait d’injustice ». Les registres seront mis dans un plateau (de la balance) et la carte dans l’autre, la balance penchera alors du côté de la carte ; la carte sera plus lourde sur la balance. (1). Il rentrera alors au paradis.

Nous avons ici deux choses :

Premièrement : les 99 registres ne comportent aucune bonne œuvre émanant de cet homme, s’il y avait des bonnes œuvres Allah devait dire : « si ! tu as des bonnes œuvres auprès de nous », il n’a pas dit cela , il a plutôt dit : « si ! tu as une bonne oeuvre auprès de nous », il n’a pas dit des bonnes œuvres , il est donc clair que si ce n’était pas sa concrétisation du tawhid, il devait rentrer en enfer.

La deuxième chose : qu’est ce que cet homme a perdu ? Il n’avait pas des actes apparents , il n’y avait aucun acte des membres apparents dans les registres, il a été sauvé par la grâce d’Allah et par Sa miséricorde du fait qu’il faisait partie des gens du tawhid par cette carte et il est rentré au paradis à travers les deux attestations. C’est la concrétisation du tawhid.

De ce fait , nous prenons connaissance de l’aspect argumentatif qui montre que celui qui délaisse la prière par négligence est un pervers parmi les pervers, et s’ajoute à cela un autre aspect argumentatif lorsque tu prends conscience qu’Allah ne lui a pas dit : « où est la prière ? Où est la zakat ? » Il n’a pas discuté avec lui sur quoi que ce soit (de ses oeuvres). Il lui a simplement dit : « tu n’as qu’une oeuvre ». De là, nous disons que les actes font partie de la foi, les actes des membres apparents, les paroles de la langue font partie de la foi, toutes ces choses rentrent dans la foi, ceci est connu et approuvé par les gens de la sunnah. Ils définissent la foi comme étant une parole de la langue, les actes des membres apparents et une croyance du coeur, elle augmente par l’obéissance et baisse par la désobéissance. Cependant aucune œuvre n’a de valeur, elle est nulle si l’homme ne concrétise pas le tawhid.

Ajoutons que celui qui délaisse volontairement la prière, la zakat, le jeûne du ramadan, le hajj obligatoire tout en reniant le caractère obligatoire après avoir eu connaissance et que les conditions ont été réunies, les empêchements écartés, est un mécréant sans aucun doute.

Quant à celui qui délaisse les œuvres par négligence tout en reconnaissant le caractère obligatoire de ces œuvres, il est pervers, et ce hadith (celui de la carte) est une preuve justifiant cela, ce hadith renforce cet avis.

Source : Al fawâid Al Majmou’a page 100 à 102

(1)- rapporté par Tirmizî hadith n° 2639 et l’imam Ahmad n° 6994 et authentifié par le cheikh Al Albani dans sahih At-tirmizî hadith n° 2639

Traduction : Muhammad wora

Le musulman se doit d’accepter ces textes qui montrent les mérites du tawhid comme le hadith de l’intercession qui se trouve dans le sahih Al boukhari et mouslim, et non rejeter ces textes par des interprétations qui ne tiennent pas en disant que ce sont des textes ambigus.

Les salafs ont accepté ces textes comme l’a dit le cheikh Rabee -qu’Allah le préserve-. Ils ont accepté ces textes et certains parmi eux se sont argumentés de ces textes pour prouver que celui qui délaisse la prière par paresse reste musulman mais pervers comme l’a mentionné l’imam Ibn Al qayyim -rahimahu Allah- dans son livre « La prière et le jugement de celui qui la délaisse ».

Ces textes réfutent les khawarijs et montrent les mérites du tawhid. Quant aux khawarijs et à certains haddadis aujourd’hui qui rejettent ce qu’impliquent ces textes claires par des fausses interprétations, ils n’ont pas connu les mérites du tawhid, la valeur du tawhid.
والله المستعان!

 

©2021Tous droits réservés : L'appel à Allah - الدعوة إلى الله.

Autorisation à partager notre contenu en mentionnant addawahilaallah.com et sans modification.

NOMBRE DE VISITEURS VENUS SUR LE SITE :

Vous connecter avec vos identifiants

Vous avez oublié vos informations ?